Conseiller-ère en Gestion et Développement d'entreprises Agricoles à CECI - Rwanda Office - DELAI: 18/06/2021
Posted June 9, 2021 at 23:55 by Tohoza INFO

Conseiller-ère en Gestion et Développement d’entreprises Agricoles à CECI – Rwanda Office – DELAI: 18/06/2021

Conseiller-ère en Gestion et Développement d’entreprises  Agricoles

Avis de recrutement des volontaires

Titre poste : Conseiller-ère en gestion et développement d’entreprises  agricoles

TYPE: Mandat National

Lieu :  Kigali avec les deplacements à l’interieur du pays

Durée : Maximum de 6 mois à partir du mois de Juillet 2021

Le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) est une organisation canadienne sans but lucratif fondée en 1958, dont le siège social est situé à Montréal. Depuis sa création, la mission du CECI a été de combattre la pauvreté, l’exclusion et les inégalités. A cette fin, le CECI vise à améliorer le bien-être économique et social des personnes les plus pauvres et les plus marginalisées en Afrique, en Asie et dans les Amériques, grâce à l’appui de volontaires. Le CECI vise particulièrement à renforcer la place et le leadership des femmes et des jeunes femmes comme actrices de changement pour un développement durable et inclusif. En partageant leurs compétences et leurs expertises, et en travaillant en étroite collaboration avec des partenaires locaux, les volontaires du CECI contribuent à renforcer le pouvoir économique des femmes et des jeunes femmes et la résilience des communautés face aux changements climatiques.

Au Rwanda, le CECI appuie le renforcement du pouvoir économique des femmes vulnérables : les agricultrices et les éleveuses, les entrepreneurs, les femmes cheffes de ménage et les jeunes mères célibataires, les femmes et jeunes femmes vivant dans les camps de réfugié-e-s ou faisant du commerce transfrontalier. Même si des progrès considérables ont été réalisés pour l’égalité des genres au Rwanda, notamment au niveau politique, la situation des femmes au sein de leur foyer est moins reluisante. Les volontaires du CECI travaillent en collaboration avec des organisations de la société civile afin d’améliorer les opportunités économiques des femmes. En collaboration avec des organisations locales de défense des droits des femmes, les volontaires soutiennent aussi la création d’un environnement favorable à l’égalité des genres.

Partenaire:  Association de coopération et de recherche pour le développement (ACORD)

ACORD Rwanda a récemment lancé une initiative de renforcement du pouvoir économique des femmes agricultrices et de leurs capacités de résilience face à la pandémie de Ccovid 19 et aux chocs climatiques. Ce projet, qui s’attaque à une triple problématique (agricole, contrôle des revenus des ménages par les hommes, résilience aux chocs et impacts de COVID-19), est mis en oeuvre dans deux secteurs (Muko et Gataraga) du district de Musanze, dans la province du Nord du Rwanda. Ce projet aborde la résilience des femmes agricultrices engagées dans la chaîne d’approvisionnement horticole (prunier) pour soutenir la résilience de leur entreprise grâce au développement de compétences, à la fourniture d’intrants, à la manutention des équipements et au traitement et stockage après récolte. Cela leur permettra alors de retrouver l’accès aux marchés, de récupérer des revenus et une sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Ce groupe cible de femmes dans la province du Nord a besoin non seulement d’un accompagnement technique en rapport avec leur activité de culture du prunier, mais aussi elles ont besoin d’une meilleure e la maîtrise des enjeux et des opérations au long de la chaîne de valeurs, y compris l’accès aux ressources productives, la gestion de la production, le stockage, la transformation, le marché d’écoulement de la récolte, etc.. L’appui d’une personne Nous pensons qu’un volontaire est souhaitée peut les aider à asseoirassoir  afin de maximiser les différentes une stratégies permettant une meilleur de gestion de leur entreprise, des scénarios de maximisation des avantages, e

RÔLES ET RESPONSABILITÉS

  • Faire un diagnostic organisationnel et institutionnel du projet des femmes agricultrices (FA);
  • Analyser la filière choisie par les FA,  soit la culture du prunier,  en proposant des stratégies d’opération durables et porteuses pour les FA;
  • Identifier les besoins des FA en matière des connaissances techniques requises pour la bonne performance de leur entreprise agricole;
  • Accompagner les FA dans l’élaboration et la mise en œuvre de plans de performance du projet;
  • Réaliser une étude de marché et proposer des stratégies permettant la mise en marché des prunes, une fois récoltées;
  • Proposer des options afin d’intégrer de nouvelles technologies (digitales) permettant d’améliorer la performance des récoltes;
  • Accompagner les FA dans la réalisation de plans de contingence face au choc climatiques et à la  covid 19;
  • Prendre en compte l’égalité des genres dans toutes les activités en mettant un accent particulier sur la participation et représentation des femmes et des jeunes femmes, à l’ensemble des activités;
  • Prendre en compte les questions de l’environnement et d’adaptation aux changements climatiques dans toutes les activités;
  • S’assurer, en tout temps, de respecter les guides, manuels, directives ou consignes de l’organisation en matière de sécurité et de protection;
  • Prendre les moyens nécessaires pour contribuer à assurer sa propre sécurité, notamment en établissant un plan individuel de mitigation des risques dans son lieu d’affectation;
  • Rédiger les rapports requis par l’organisation partenaire et par le programme du CECI.

Résultat attendus 

La chaîne de valeurs de la culture du prunier (l’entreprise) dans laquelle les femmes agricultrices (FA) ont choisi d’investir comporte une structure avec des segments de valeurs économiques étalés sur l’ensemble de la filière :

  • les ressources productives (la terre, le capital, le travail, les services naturels de la biodiversité) : les FA ont besoin d’une maîtrise des enjeux et des potentialités en termes d’accès, de gestion rationnelle et de résultats au bénéfice des individus, des ménages, de l’association et de la communauté.
  • les intrants productifs (les semences, les fertilisants, les pesticides naturels, les outils, les plants d’agroforesterie, etc) : Les FA ont besoin de compétences dans la maîtrise des intrants, du compte d’exploitation de l’investissement en intrants, du choix et gestion rationnelle de ces intrants.
  • la production (transition du conventionnel vers l’agroécologie) : les FA ont besoin de conviction que l’intégration du modèle de business agroécologique (MBAE) est aussi rentable que le modèle conventionnel utilisant de grandes quantités d’intrants synthétiques. Elles ont besoin d’une modélisation économique de l’intégration du MBAE en termes de coûts de base, de coûts additionnels et de résultats. Cette modélisation devra tenir compte des risques et des imprévus et proposer des options et des alternatives.
  • les opérations post récolte y compris le transport, le stockage, la conservation, la transformation, la gestion des pertes. Les FA ont besoin d’une vision économique claire de ce qui les attend une fois que la production sera prête. Quelles options existent pour ces opérations post récoltes et à quels coûts ?
  • les débouchés, la vente et la distribution : quelsque sont les facteurs de décision sur les débouchés ?  Est-ce que la transformation est une option faisable pour les FA ? les FA ont besoin de stratégies en anticipation de marché de leurs récoltes de pruniers.
  • la consommation : les FA ont besoin d’anticiper sur les impacts de leur initiative et sur les moyens d’existence durables des ménages et de la communauté, en termes d’amélioration de revenus, de qualité de l’alimentation, de prise de décision, et de bien être en général.

QUALIFICATIONS

  • Détenir un diplôme universitaire en économie,  agriculture ou tout autre domaine pertinent.
  • Compétences en élaboration et facilitation d’ateliers de formation.
  • Capacités de planification et d’organisation
  • Capacité d’analyse et de résolution de problèmes, de synthèse et réflexion stratégique.
  • Expérience dans l’analyse des filières de production agricole
  • Expérience d’étude de marché de produits agricoles
  • Expérience de travail avec les femmes rurales (formation des adultes)
  • Connaissances en agroécologie, atout
  • Maîtrise du Français la connaissance de l’angalis etant un atout
  • Pouvoir communiquer directement en langue locale,  atout
  • Capacités de conception des outils didactiques et de rédaction des rapports
  • Être en mesure de faire du télétravail, de façon autonome, tout en participant à des rencontres virtuelles.
  • Avoir une faculté d’adaptation, de la souplesse, d’excellentes habiletés pour travailler en équipe et une sensibilité aux réalités culturelles. De plus, pouvoir démontrer de fortes compétences en termes de flexibilité et de tolérance à l’ambiguïté en cette période d’incertitude.

AVANTAGES ET APPUI POUR LES VOLONTAIRES :

  • Un appui et un encadrement tout au long de l’affectation.
  • Une assurance santé ou le remboursement d’un montant fixe par mois pour l’obtention d’une assurance santé.
  • Une allocation mensuelle .
  • Une incroyable opportunité de bonifier vos compétences professionnelles !

Pour postuler :

Tou-te-s les candidat-e-s intéressé-e-s qui satisfont aux exigences doivent envoyer à ceci.rwanda@ceci.ca au plus tard le 18 juin 2021 à 17h00, leurs dossiers de candidature incluant les documents suivants :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae (CV) à jour avec les noms, e mail et telephones de 3 personnes de reference
  • Diplôme et autres certificats supplementaires le cas échéant
  • Copie de la pièce d’identité.

 

Le CECI est un employeur qui respecte l’équité. Les candidatures feminines sont fortement encouragés. 

Seules les candidate-s sélectionnées pour une entrevue seront contactées.

Leave Comment

On map

Good To Know / Menya n’Ibi

Receive the best offers

Stay in touch with Tohoza and we'll notify you about best ads